BON A SAVOIR

Fermer

Quelques clefs

Sur cette page je me permets d'apporter un éclairage concernant certains mots que nous employons ou entendons. Il s'agit ici d'une vérité et non de la vérité. La vérité en tant que telle n'existe pas. Nous avons chacun nos propres vérités (réalités, pensées, fréquences, vibrations) avec des points de vue qui se recoupent parfois.

_LA REALITE :
La réalité que nous vivons est subjective. Notre réalité est un ensemble d'interprétations fabriquées par notre cerveau. Les évènements de notre vie, les situations de vie que nous côtoyons sont nos propres créations issues de notre inconscient (non-conscient). Chacun d’entre nous projette son propre film. C’est une croyance erronée que de croire que nous percevons tous la même chose. Nous percevons le monde à travers le filtre de nos pensées, de nos croyances, de nos convictions, nos perceptions, nos émotions, nos peurs.

 
Ces croyances et ces convictions, nous les avons-nous-même créées ou reçues d’autres personnes, nos parents, l'éducation, les autorités que nous avons créés dans le monde du travail, nos chefs politiques ou religieux : chaque personne à qui nous avons donné une partie de notre puissance intérieure, de notre souveraineté. 
Nous avons le pouvoir (illimité) de reprendre notre souveraineté. Certes il y a des peurs à reprendre la barre du navire. C'est un travail intérieur de recherche. Nous devenons des chercheurs de ce que nous sommes réellement pour donner du sens à notre vie.



























 

la vérité

Suivant nos points de vue,
nos filtres,
notre éclairage,
nos croyances,
nos voiles,
notre culture,
notre éducation...,
notre Réalité
apparait toujours
différemment 
que celle du voisin.

#NousSommesTousUniques
#Tolérance

 

_LA VIE :
L'être humain évolue depuis plus de 3 milliards d'années entre les énergies du ciel et de la terre. Nos cellules sont porteuses d'une incroyable mémoire ancestrale. Elles savent avant notre mental ce qui est bon, bénéfique pour nous ou toxique. Le corps humain est notre premier médecin. Etre à l'écoute de notre corps, de notre instinct, de nos intuitions c'est faire confiance à des milliards d'années d'expériences de notre médecin.


L'équilibre intérieur de l'homme dépend de la relation qu'il construit avec son environnement (relation aux autres, relation à son biotope, relation à lui-même). De cet équilibre dépend sa santé. L'apparition d'un symptôme marque le fait d'une distorsion entre le chemin de vie de l'individu et la direction prise.  La vie demande à l'individu de redevenir acteur de sa vie et ainsi de sa propre santé (retour à l'équilibre, retour à l'écoute de soi). Communiquer avec tout son être et son corps, être à l'écoute de ce que l'individu est au fond de lui est la plus belle des médecines.
C'est un geste écologique (qui respecte notre propre environnement).


L'homme est venu s'incarner dans la matière et doit incarner cette dimension de la matière (terre). L'individu est également en lien avec le ciel et ses dimensions célestes, spirituelles (inspirations, guidance, intuition). L'équilibre entre ces 2 dimensions doit être maintenue (50/50). Le plus important dans la vie n'est pas l'état d'équilibre mais la recherche de l'équilibre. Elle permet d'évoluer, d'avancer et de suivre son propre chemin de vie (ses envies profondes). L'être exprime alors son plein potentiel et rayonne avec la vie.

magnétisuer, guerisseur

_PRATICIEN & PATIENT :
En tant que praticien, il ne faut jamais s’approprier l’expérience de l’autre, même si celle-ci est douloureuse. L’expérience doit être vécue par le patient. Comme le papillon et la chrysalide, on accompagne et on laisse les processus se réaliser.  Même si ça déchire, même si ça fait mal, même si c’est compliqué.
 
Le praticien va au contraire accompagner pour que le processus se fasse le moins possible dans la souffrance. Souffrir n'est pas un gage de réussite. C'est une fausse croyance. Nous ne devons pas obligatoirement souffrir pour évoluer, bien au contraire, mais ça peut faire partie de l'expérience.

Enlever l'expérience à l'individu, c'est lui soustraire l'opportunité de sa croissance, d'un apprentissage et d'une souveraineté. 

Il est conseillé de faire également attention au jeu du BVS. C'est un jeu classique dans la relation thérapeutique nommé Triangle dramatique de Karpman : Bourreau / Victime / Sauveur qui se construit sur toutes les relations déséquilibrées. Il est indispensable pour le praticien et le patient de ne pas jouer un rôle à ce jeu.















 
 
 
 
 
 
Le praticien a un rôle d'activateur. Il réalise 50% du travail. Le receveur participera, par sa détente générale et l'acceptation des informations reçues pendant et après les séances, au 50% restant pour le retour à l'équilibre (la guérison des symptômes).
L’important est la disposition à accepter la transformation et à l'accueillir. 

Le patient vient pour expérimenter, pour être surpris. Parfois ça fonctionne et parfois pas. Il faut laisser les choses se faire naturellement, se placer et donner du temps sans vouloir contrôler, sans rien attendre. La personne ressortira du soin avec l'information qui sera la plus juste pour elle. Ni plus ni moins.

Dans un soin la relation entre le donneur et le receveur est essentielle : comprendre, écouter, ressentir, partager sans jugement. Le patient doit garder son pouvoir personnel et ne pas s'appuyer uniquement sur le thérapeute, c'est très important.

triangle karpman

Je suis magnétiseur, bio-énergéticien et guérisseur. Je donne des soins sur place à Paris ou à distance. Enlever une douleur, calmer une émotion, réveiller les codes cristallins de certains êtres éveillés et lumineux est un de mes rôles. 

magnétisuer, guerisseur

_COMPRENDRE : 
Vient du latin comprendere qui veut dire "prendre avec soi". Il s'agit ici d'intégrer les éléments et en faire quelque chose, les transformer, les transmuter.


Ce qui éduque un enfant ce n'est pas ce qu'on lui dit ou ce qu'on lui explique, c'est avant tout ce qu'on lui montre. Ce qui transforme une personne, c'est ce qu'elle vit et ce qu'elle expérimente (ce n'est pas ce qu'elle lit ou voit intellectuellement). 

COMPRENDRE c'est comprendre avec l'intelligence du coeur, c'est prendre avec soi et transformer (évolution). A ce stade, nous sommes alors sur un processus de changement, de cheminement intérieur.

Comprendre c'est lâcher un moment le mental pour revenir au niveau du coeur et sentir si c'est juste ou non pour nous.
 

magnétisuer, guerisseur

_L'EMOTION : 
D’un point de vue étymologique, le mot « émotion » vient du latin "ex movere", qui veut dire émouvoir mais aussi déranger, bousculer, indiquant que nos émotions peuvent « perturber » notre vie. L’émotion est provoquée par la confrontation de l’individu à une situation ; elle génère une réaction extérieure – physique.
 
L’émotion est une énergie qui met en mouvement. L’être humain est indissociable de ses émotions. Elles le constituent et participent à son équilibre. En soi l'émotion est bonne pour le corps tant qu'elle est en mouvement et qu'elle circule - elle arrive, elle nous nourrit et elle repart. Une émotion est comme une soupape. Le corps s'en sert pour évacuer des petites tensions. Néanmoins elles peuvent échapper à son contrôle, entrainant ce terrible stress, cause de nombreuses pathologies. Tous les jours ou presque, nous sommes confrontés à des émotions qui nous traversent et que nous pourrions peut-être mieux ressentir, mieux canaliser. Au lieu de cela elle s'incruste, stagne, un peu comme une eau croupie, elle devient un poison.
 
Savoir gérer/accueillir ces émotions est essentiel.

Accueillir l'émotion, c'est se mettre à l'écoute de son corps pour observer les changements physiques qui s'y déroulent et se les décrire, c’est respirer en la laissant passer, c’est ce qui adviendra dans un espace de temps de quelques secondes à quelques dizaines de minutes selon l'intensité de l'émotion.
 
Accueillir c’est rester ici&maintenant dans le corps voir comment ça se manifeste sans ajouter de concept et de croyances ou d’essayer de déterminer pourquoi je suis en colère par exemple. Nous sommes à l’instant « T » ici&maintenant et nous accueillons. Nous restons dans le ressentit et le corps va transmuter. Le corps sert à ça, à transmuter, à transformer.

_EXEMPLE de la peur qui va créer une boule au ventre ou des mains moites. Lorsque nous aurons déterminé que ce qui nous arrive physiquement provient d’une émotion de peur, nous allons pouvoir tout simplement l’accepter et la laisser s’exprimer quelques instants comme il se doit. Nous la laissons exister en nous mais attention, elle ne doit pas nous contrôler, ni nous dominer, ni nous emporter. Nous ne sommes pas l’émotion mais nous l’observons en nous sans l’analyser, sans faire fonctionner notre mental et en étant ici&maintenant.
 
Il y a toujours un temps d‘évacuation de l’émotion. Plus nous nous réalisons et plus ce temps diminue jusqu’à disparaître. Plus nous nous éveillons et plus nous sommes stables face à l’émotion. Ce n’est plus NOTRE émotion mais UNE émotion. Nous passons de « je suis triste » à « l’apparition d’une tristesse ». C’est un point de vue totalement différent dans le vécu de l'émotion.

NB : Astuce pour différencier émotions et sentiments. 1 émotion a toujours une réaction physiologique à une stimulation. C’est un mouvement qui sort (E = vers l’extérieur et motion = mouvement).
Exemple : je suis en colère, je deviens rouge de colère.























_CONSCIENCE
& CONSCIENCE COLLECTIVE :
 
Conscience collective : Terme générique de l’œuvre de C. G. Jung pour décrire toutes sortes de phénomènes et d’images ramenés à la conscience, mais qui n’appartiennent pas à son expérience propre. Il est composé de toutes les expériences humaines depuis l’aube des temps. Elle est partagée par tous les humains. Il existe plusieurs groupes dans cette conscience collective : la conscience de notre pays, de notre milieu social, de notre culture... La conscience collective façonne les propriétés, les archétypes de ce monde. 
 

La CONSCIENCE COLLECTIVE est la perception que nous partageons TOUS. Elle permet de percevoir et de comprendre la même chose en ce qui concerne un certain nombre d'éléments de la réalité (le ciel bleu, la gravité, la vieillesse..). Elle permet de créer cette réalité qui nous paraît immuable et indépendante de nous. Nous avons fait une généralité d'une chose qui n'est en fait qu'une moyenne de la conscience de chacun. Tout cela peut évoluer si la moyenne évolue, si la perception des êtres humains venait à changer. La conscience collective est importante car elle stabilise le monde. On ne peut pas se passer de la conscience collective pour vivre mais elle peut être très limitante et nous enfermer dans des croyances qui ne sont pas les nôtres au fond de nous.

Prenons un EXEMPLE : il y a un temps la terre était plate, tout le monde était dans cette croyance. La terre était donc plate dans la conscience collective. Les êtres humains vivaient avec cette structure de pensée. Puis la démonstration (science) fut faite que la terre est finalement ronde. La majorité des gens ont commencé à prendre en considération cette nouvelle théorie. La conscience collective (la moyenne de toutes les consciences de chacun) est passée de la terre plate à la terre ronde. La théorie de la terre ronde a donc été stabilisée au bout d'un temps. Vous dire aujourd'hui que la terre est plate, vous parait fou et infondé car la conscience collective n'est plus du tout sur cette croyance.

Qu'est ce qui peut "contrer" cette conscience collective? Notre propre conscience. Si notre conscience individuelle est plus développée et évoluée que la conscience collective, nous allons pouvoir choisir de créer notre propre vie en pleine conscience. Structurer notre conscience nous permet de ne plus subir la conscience collective et ça change tout. 
Prenons l'exemple d'une personne qui est dite pauvre. La conscience collective (la société) va lui rappeler sans cesse qu'elle est pauvre et qu'elle le restera (encore plus si cette personne n'a pas fait d'études). Cette personne se structurera avec cette croyance et restera effectivement toute sa vie pauvre, suivant l'avis de la conscience collective. Si elle décide, par sa propre conscience, d'évoluer sans ces fondements et de conscientiser qu'elle vivra heureuse et avec de l'argent, alors sa conscience se structurera différemment de la conscience collective pour au final atteindre son but. La personne avec la qualité de la structuration de sa conscience se libère de la pensée limitante de la conscience collective. 

En structurant notre conscience au-delà de la conscience collective, nous devenons créateur de notre propre vie. Nous nous réalisons! Que du bonheur.

magnétisuer, guerisseur
magnétisuer, guerisseur

_LES ONDES SCALAIRES :
Ces ondes, en forme de spirale sont bien différentes des ondes électromagnétiques car elles sont en forme de spirale (comme notre ADN ou comme les protéines). Elles sont capables de se porter à des milliers de kilomètres sans s'affaiblir et sont déjà employées expérimentalement pour soigner. 

Il existe ce que les physiciens appellent un bruit de fond, qui est permanent et qui nous environne à chaque seconde : ce bruit de fond est en fait un cocktail d’ondes sans lequel aucune forme vie ne serait possible. Personne n’y échappe ; il vient du cosmos, du soleil, des roches, de la terre et des êtres vivants qui nous entourent.

Les grecs ou les indiens parlaient de l’éther pour désigner ce rayonnement fondamental : mais c’est Nikola Tesla qui le premier put mettre en évidence par l’expérimentation l’existence d’ondes très pénétrantes et de puissance suffisante pour être détectées au moins dans la bande des fréquences radio. Ces ondes avaient des propriétés très différentes des ondes électromagnétiques découvertes par son contemporain Heinrich Hertz.
 
Le fait que nous soyons transpercés à chaque seconde de notre vie par ces ondes scalaires venant des étoiles et du soleil d’un côté, de la terre elle-même et des êtres vivants qui nous entourent d’un autre côté, nous fait penser qu’elles sont surement utiles à quelque chose; si elles nourrissent effectivement tout corps vivant par résonance, en faisant vibrer ou osciller les ADN, les protéines, les métaux qui sont en nous, le fait de pouvoir « domestiquer » ces ondes pourrait en faire une source assimilable d’énergie et donc un moyen de thérapie. A condition d’en maîtriser la production et la puissance. Et de faire en sorte qu’une résonance certaine soit trouvée entre la source et la personne qui est censée en bénéficier ?

La première « machine » à ondes scalaires utilisable en thérapie est - depuis la nuit des temps - l’être humain lui-même ; entre ses 2 mains en opposition se crée spontanément un champ d’ondes échangées entre sa droite et sa gauche, dont la charge électrique est différente. Si le thérapeute inclue entre ses mains ouvertes une personne malade qui par définition perd beaucoup d’énergie et donc en a besoin toujours plus, il faut et il suffit que le « magnétiseur » se relie à une source, qu’elle soit cosmique comme le soleil ou bien spirituelle comme un autre être humain et donc en étroite résonance avec lui-même, pour que l’énergie (neutrinos, électrons, photons) passe de sa source à son patient !

Capter ces ondes proches en état modifié de conscience vous relie au cosmos et/ou au divin, cela recharge vos membranes au sens strict, apaise vos douleurs et réchauffe votre corps tout entier.

Durant notre vie active au cours de la journée, nous sommes en rythme cérébral bêta, soit environ 25 Hz ; dès que nous nous couchons le soir pour nous endormir, nous passons par la phase alpha (8-12 Hz), puis thêta (6-7 Hz), puis delta (4 Hz). Cet état modifié de conscience nous permet certainement de mieux absorber les ondes scalaires de notre environnement, même si elles sont la nuit 2 fois moins nombreuses que le jour ! (30 000 000 000 de neutrinos par cm2 et par seconde tout de même au lieu du double).

Donc le fait de prier ou de méditer, non seulement nous met en résonance avec la source d’énergie infinie qu’est notre globe terrestre – via le 7,82 Hz -, mais en plus, cela nous permet d’ouvrir nos mains-antennes et de concentrer ce champ ambiant tout proche de nous, bien plus que si ce geste était négligé …

magnétisuer, guerisseur

_AIDER SON PROCHAIN :
Aider ne veut pas dire forcer l'autre à avancer. Aider l'autre, c'est l'aimer. Aimer l'autre, c'est le laisser libre.

Afin de pouvoir aider les autres il est indispensable de commencer par s'aider soi-même. Aider les autres alors que nous sommes nous même au plus bas ne fera rien de bon, bien au contraire. 


"Aimez-vous vous même avant d'aimer les autres" a dit Jésus. C'est phrase a son importance. Il faut s'apprécier soi-même (être bien soi-même) pour avoir les capacités d'aider au mieux son prochain. 

Aider quelqu’un, cela veut simplement dire que nous sommes là s’il a besoin d’informations, de ressources ou de connaissances. Cela signifie que nous lui transmettons tout notre Amour et que nous lui faisons confiance.
Cela ne signifie pas être faible et se laisser faire, ou dire oui à tout. Cela ne signifie pas non plus, à l’inverse, vouloir imposer notre point de vue à qui que ce soit.
Cela signifie simplement que nous prenons conscience que chacun fait de son mieux avec le niveau de structuration de sa conscience et que chacun mérite une main tendue. Aider son prochain c'est ne jamais juger l'autre mais le comprendre et se mettre à sa place pour lui donner les informations utiles (justes) à ce moment précis. Ni plus, ni moins.

 

"Le plus grand voyageur n'est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même." Ghandi

florien magnétiseur Paris